char à voile, presqu'ile de Quiberon, Morbihan

Notre visite du Morbihan à vélo : nos impressions !

Quel bonheur de se retrouver dans le Morbihan après avoir subi les nombreuses côtes du Finistère !

A vélo, quand on part de Brest vers le Morbihan, il y a deux possibilités. Soit on va chercher le canal de Nantes à Brest en passant par Châteaulin. Dans ce cas, ce sera tout plat jusqu’à Nantes. Soit, on passe voir les côtes et on souffre un peu plus. 

On vous en parlait lors de notre premier article, les côtes du Finistère sont plutôt fortes. Alors, arriver dans le Morbihan nous a fait le plus grand bien! Les côtes étaient plus légères, ce qui nous arrangeait à cause de notre mal aux genoux. 

Nous n’avions pas prévu de rester longtemps dans le coin. Au final, nous y avons passé une petite semaine ! 

Le premier jour, nous sommes allés vers Erdeven, un peu plus loin de Lorient, guidés par les conseils de nos hôtes de Clohars-Carnoet ! Néanmoins, nous avons pris un vent nord-est qui compensait quand même la légèreté des côtes du coin… 

Couple sur la plage d'ErdevenPour l’anecdote, arrivés à Lorient, nous avons croisé, par hasard, un pote de Paris qui partait pour l’île de Groix ! Une rencontre improbable qui nous a bien reboostés.

Nous avons passé une nuit à Erdeven, comme prévu. C’était agréable car nous avons fait du camping sauvage dans un camping municipal fermé ! On était donc plutôt à l’aise. Il était sur la dune, on n’aurait même pas dit un camping… Il était immense, sans indications concrètes et avec peu d’espaces de douches. On se demandait un peu comment ça pouvait être l’été ! 

Méduse sur la plage d'ErdevenSur la plage d’Erdeven, nous sommes tombés sur une grosse méduse, échouée là. Nous n’en avions jamais vu une aussi énorme. Ça nous a un peu refroidi pour une éventuelle baignade dans le coin un jour. Brrr.

Le lendemain, nous avons pris la route jusqu’à Quiberon. Un bonheur de tomber enfin sur une piste cyclable ! Encore une fois, nous avions le vent de face. Nous avons été maudits tout le long du Morbihan et ce, jusqu’à ce que le vent tourne, à partir de Tours… 

Nous n’avions pas beaucoup à rouler depuis Erdeven, alors, ce n’était pas trop un souci. La presqu’île est assez magique à traverser. Surtout là où la mer est proche, des deux côtés. Un bel endroit que nous avons apprécié malgré le vent ! 

char à voile, presqu'ile de Quiberon, Morbihan

 

Une belle échappée sur Belle-île-en-mer !

Les aiguilles - Belle-île-en mer-2Grand phare de Belle-île-en mer, MorbihanNous avions prévu d’y rester deux nuits car nous avions eu la chance de trouver un hébergement Couchsurfing. Nous n’étions pas chez notre couchsurfeuse, mais chez un de ses amis, Marc. Il était trop sympa, un vrai bonheur d’être chez lui ! 


Nous sommes finalement restés 4 nuits. Le mauvais temps faisant, nous avions envie d’explorer l’île (qui porte bien son nom) davantage. Nous étions fatigués de nos premiers jours de vélo, nos genoux nous faisaient toujours plus mal et nous avions besoin de les reposer. En plus, nous étions super bien accueillis. Que rêver de mieux ?

Et puis, quel bonheur de se balader à vélo sans les sacoches ! Nous avons quand même pas mal roulés, une vingtaine de kilomètres en moyenne chaque jour pour aller voir les plus beaux endroits de l’île. D’ailleurs, pour ceux qui n’y sont jamais allés, on vous conseille vivement.

Au départ de Belle-île, nous avons même eu un petit pincement au cœur. Nous étions bien, là, et nous y serions bien restés encore. Les touristes n’étaient pas encore arrivés, les plages étaient vierges et le temps commençait à se dégager. Un véritable bonheur.

Le lendemain, nous avons pris la route de Vannes. 

Auray, ses maisons à colombages et son petit portVannes annonçait la fin de notre périple dans le Morbihan… Mais surtout, cela voulait dire que nous approchions de la fin de la Bretagne. Loin de la côte cette fois car il fallait que l’on avance. Nous avions toujours mal aux genoux et avions demandé à être hébergés le soir même à Vannes. Pour éviter les détours et les kilomètres supplémentaires, nous avons donc suivi la route. Hé bien, contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas si plat. Ce sont des petites montées et petites descentes constantes, un peu épuisantes quand même.

Sur la route, nous nous sommes arrêtés rapidement à Carnac voir les fameux alignements de menhirs. Puis, nous sommes ensuite passés dans Auray. Quelle jolie petite ville ! A découvrir pendant un autre voyage alors. Nous sommes restés une nuit à Vannes chez des Warmshowers (le couchsurfing pour les cyclistes) très sympas. Nous avons aperçu la ville de Vannes qui semble très belle, avec ses jolies maisons à colombages et ses remparts

La surprise : la Roche-Bernard, le petit village sur son rocher ! 

La Roche-Bernard, son port après une averseNotre dernière étape dans le Morbihan ne sera finalement pas à Vannes, mais à la Roche-Bernard. Et, on ne vous dit pas le nombre de « oh, c’est trop mignon » que nous avons dû lâcher pendant notre visite. Déjà, et contrairement à nos habitudes jusque là, nous sommes partis tôt et donc arrivés tôt sur place. Nous avons donc pû poser notre tente au camping et aller visiter la ville. Tout de suite, ça change la donne !

La Roche-Bernard c’est une petite commune construite sur un rocher qui donne sur la Vilaine, le fleuve qui traverse la Bretagne du Nord au Sud. Il y a un petit port tout mignon et un vieux village d’artisans. Si un jour vous passez dans le coin, on vous conseille d’y faire un petit tour sans hésiter. 

Denni & Mila - 500 km à vélo
En attendant, nous avons passé les 500km à vélo. C’est un peu labourieux encore, mais le plat qui nous attend nous aide grandement à avancer.

 

2 thoughts on “Notre visite du Morbihan à vélo : nos impressions !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *