Apprendre une langue - bonjour

2 astuces pour apprendre une langue en quelques semaines !

Ciao, parli italiano ? Do you speak English? Ah… apprendre une langue ! Un véritable sujet.

J’entends parfois des amis me dire qu’ils aimeraient partir à l’étranger. Seulement, ils se sentent bloqués par la barrière de la langue. Je comprends tout à fait car arriver dans un pays sans pouvoir communiquer complique un peu le voyage. Surtout si l’on ne maîtrise pas l’anglais, la langue « universelle ».

En vérité, apprendre une langue n’est pas si compliqué que ça ! Il suffit d’avoir quelques bases pour pouvoir apprendre rapidement et communiquer avec les autres. C’est sûr que si l’on a toujours été bon à l’école, on s’en sort mieux à l’étranger au début. Mais si vous ne parlez pas la langue, rien ne vous empêche d’apprendre !

Personnellement, ces dernières années, j’ai appris 3 langues différentes. Je suis partie plusieurs mois en Espagne, en Nouvelle-Zélande et je vis désormais avec un italien. J’ai utilisé deux méthodes différentes qui ont été efficaces !

Partir de zéro pour apprendre une langue grâce à une app’ !

Depuis un peu moins d’un an, je me suis mise à l’italien. Même si mon chéri, Denni, parle très bien français, il me paraissait important de faire l’effort pour pouvoir parler avec sa famille, ses amis, connaître davantage sa culture et que l’on se comprenne encore davantage ! Pour le coup, je n’avais aucune base. Vivre avec un italien ne suffit pas, surtout si lui parle français. Puis, ce n’est pas parce que je suis française que je serais capable d’enseigner ma langue à quelqu’un qui ne la connaît pas du tout. Je ne saurais pas par quoi commencer… C’est la même chose pour Denni et c’est bien pour cette raison qu’être prof est un vrai métier !

J’ai d’abord tenté de m’inscrire à des cours d’italien. A Paris, ils étaient tous soit très chers soit complets. Alors, face à l’urgence (nous allions deux mois plus tard en Italie), j’ai téléchargé des dizaines d’app’ pour apprendre l’italien. On m’a souvent conseillé Duolingo, une application gratuite. Il paraît qu’elle est excellente pour l’espagnol. En italien, j’ai essayé trois semaines. J’ai appris à dire que « mon ours mange la confiture » ou des phrases du genre. J’ai appris pas mal de noms d’animaux aussi. C’est cool de savoir parler des tortues et des oiseaux, mais, pour être honnête, je cherchais plutôt un cours utile !

Il mio orso mangia un’arancia

Babbel, une application très pédagogique

Dans mes téléchargements, il y avait Babbel (qui permet d’apprendre une langue facilement, avec plein d’exercices en anglais, espagnol, russe, etc.). Après avoir effectué un essai, j’ai accroché. C’est, à mon avis, la plus pédagogique. En quelques semaines, je pouvais dire quelques phrases intéressantes. L’application a commencé par la base : comment dire bonjour, au revoir, commander au restaurant ou au bar, etc. Les leçons sont plutôt rapides : 20 min. Chaque leçon permet d’apprendre à la fois une règle et des nouveaux mots. Alors, j’ai pris la version payante pour 19€ tous les trois mois.

Honnêtement, je suis bluffée, Denni est bluffé, tout le monde est bluffé par le résultat. Aujourd’hui, je suis capable de parler, de me reprendre quand je sais que je n’ai pas bien conjugué un verbe (entre la « théorie » et la pratique, il faut un moment avant que ça devienne naturel). Je suis capable de construire une phrase et de parler d’à peu près tout et n’importe quoi en italien. Babbel me fait tout le temps réviser ce que j’ai appris, dans l’esprit « bachotage », jusqu’à ce que j’aie bien imprimé.

On apprend même à parler via son mobile !

Répète en roulant le « r » !

L’application fait aussi parler et il y a des exercices de vire-langues assez rigolo à faire pour prendre l’accent. Si l’on peut parler (il est possible de couper le micro), l’appli fait répéter tous les mots qu’elle nous apprend et valide seulement lorsqu’on le prononce correctement. Dans les exercices qu’elle donne à faire, il y a également des petites annotations explicatives sur la culture italienne, sur la façon dont est traitée telle règle, etc. C’est très bien fait !

En 2 mois, j’ai pu commencer à m’exprimer en italien alors que je ne l’avais pas beaucoup pratiqué. En juillet, après 4 mois, à Naples, je tenais à peu près une conversation. Évidemment, l’italien de la vie réelle est bien plus compliqué et j’ai encore des difficultés à suivre. Il faut encore que l’on me parle lentement. Mais j’imagine déjà la vitesse à laquelle je serais en mesure de comprendre et de parler si je passais un ou deux mois en Italie.

Désormais, je pense que je suis arrivée au stade où j’ai besoin d’aller plus loin pour finir d’intégrer les règles que j’ai apprises. Je commence donc à lire des livres et à me forcer à parler davantage avec Denni. Pour bien intégrer la grammaire, il est essentiel de faire cet exercice, à un moment donné. Un excellent tremplin pour l’apprentissage.

Apprendre une langue sur place !

Le blocage espagnol !

A 19 ans, je me suis retrouvée en Espagne. J’avais déjà la bougeotte et l’envie de découvrir le monde entier ! Sur place, j’ai pris deux semaines de cours d’espagnol qui m’ont vraiment aidée. L’avantage, c’est que l’on est obligé de parler dans la langue du pays pendant le cours. J’ai eu l’impression d’avoir mieux appris ces deux semaines-là qu’en six ans en France. Avec ça, il m’a seulement fallu trois bonnes semaines pour commencer à bien me faire comprendre. Quatre mois plus tard, je communiquais vraiment facilement avec les gens.

Ce qui est absolument génial, c’est que la langue n’empêche pas de se faire des amis. Les gens sont très compréhensifs quand tu apprends et ils essaient de communiquer avec toi de plein de manières différentes. S’il m’a fallu trois bonnes semaines pour pouvoir commencer à faire des phrases, il m’a suffi de quelques jours pour me faire des potes!

Apéro à Auckland quelques semaines après mon arrivée !

Le hic, c’est que lorsque je suis rentrée en France, j’étais incapable de parler anglais. Vraiment incapable ! Lorsque je suis rentrée, mon cerveau faisait un peu des siennes lorsque j’essayais de parler anglais, et ça donnait ça : traduire «la pomme» => una manzana => mince c’est quoi déjà en anglais ? => una manzana => mierda => euh… ! J’étais complètement bloquée sur des choses si simplesLes mots me venaient systématiquement en espagnol, jamais en anglais. J’ai bien cru que je ne pourrai plus jamais apprendre une langue autre que l’espagnol…

 

Le recommencement de l’anglais !

Après quelques années de blocage, je me suis dit qu’il fallait absolument que je fasse quelque chose. Je suis donc partie apprendre l’anglais en Nouvelle-Zélande. Je suis arrivée avec un niveau déplorable, à tel point que si on me demandait : « hey Mila, how are you going ? (Mila, comment vas-tu ?) », je répondais « euh, I’m going to the… bathroom (Euh, je vais dans la salle de bain) ? ». Ce qui n’a pas manqué de faire mourir de rire les néo-zélandais ! Finalement, j’ai également pris des cours d’anglais. Tous les matins, pendant un mois, je suis partie en classe. Et c’était super ! J’ai rencontré plein de monde, dont un acteur de téléfilms connu en Italie, le truc improbable. Au final, au bout d’un mois, je ne me dépatouillais pas trop mal.

Quand vous arrivez dans un pays, surtout lorsque ce dernier est développé, vous pouvez toujours trouver des cours. Il y a plusieurs niveaux (débutant, intermédiaire, avancé). Souvent gérés par des associations, les universités ou carrément le gouvernement lui-même, ils ne coûtent pas chers. Je me rappelle avoir payé mon mois de cours d’anglais $165 néo-zélandais, pour 2h tous les matins. L’équivalent de 85-95€ à l’époque. En complément avec la pratique constante de la langue, c’est incroyable comme le cerveau assimile rapidement !

Au début de mon séjour néo-zélandais, je parlais toujours bien l’espagnol. Je faisais exprès de passer du temps avec des communautés hispaniques à Auckland pour le conserver et habituer mon cerveau à être flexible.

J’espère qu’avec tout ça, apprendre une langue ne vous posera plus de problèmes ! Les solutions sont multiples pour apprendre les bases et ce n’est pas si difficile avec un tout petit effort et une bonne pédagogie. Rien n’est inaccessible 😀

Et vous, ce sont quoi vos astuces ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *