parcours à vélo

Nos conseils pour planifier votre parcours avant un grand voyage à vélo

Non, mais attends, tu ne vas pas me dire qu’ils vont nous expliquer comment planifier son parcours après s’être planté sur le leur ?

Bon, bon, ça va, ça va, on sait ! Pour notre premier voyage, nous n’avons pas été très bon pour planifier notre parcours, on vous l’accorde. Mais justement, c’est en faisant des erreurs que l’on apprend, non ? Nous commençons d’ailleurs à être beaucoup plus efficaces dans cet exercice. 

Bon, sachez que nous n’avons pas encore poussé notre pouvoir de planification au point de vous garantir une date de passage dans une ville. Mais je crois que ça fait partie du jeu lorsque nous voyageons à vélo. Alors, voilà, du coup, nous voulions vous donner quelques conseils pour ne pas faire la même erreur que nous !

En voyage à vélo, oubliez les dates précises !

Si vous voulez planifier votre parcours date par date, vous êtes déjà parti d’un mauvais pied. À vélo, on devient un peu lunatique (même si à la base on ne l’est pas). Un matin, vous vous réveillez, vous faites 90km sans problème. Puis le lendemain, vous peinez à faire vos petits 50km. Le vélo, c’est comme ça, il va falloir s’y habituer pour ne pas se mettre une pression qui ne sert à rien.

Parfois, les routes sont absurdes et vous font perdre un temps monstrueux. Certains jours, tout va bien et tout roule. Depuis que nous sommes en Hongrie par exemple, c’est un peu plus difficile pour circuler. Les routes sont moins bien entretenues et sont pleines de trous. Parfois, nous ne pouvons pas avancer au-delà de 9-10km/h (même si c’est plat). 

Mais quelle belle piste cyclable !

En bref, des aléas, vous allez en trouver toujours et tout le temps sur votre parcours. Je vous parlais seulement de la qualité de la route, mais le nombre de kilomètres que vous allez faire dépendra de votre état de fatigue ou non. Mais aussi de votre vélo, car il suffit qu’il y ait un souci pour que vous perdiez votre journée chez le réparateur, etc., etc. 

Pour planifier votre parcours, utilisez les bons outils

Certes, même si vous ne devriez pas planifier votre parcours date par date, vous avez sans doute une date de fin précise pour votre périple. Alors, pour arriver en temps et en heure, sans avoir à écourter votre parcours, ou à stresser, je vous conseille d’éviter d’utiliser Google Maps.

Les GPS réfléchissent au plus vite et au plus court. Google Maps en particulier. Parfois, il s’en fiche un peu que le chemin soit accessible à vélo ou non. Vous vous retrouverez ainsi sur des routes inadaptées et trop fréquentées que vous voudrez fuir (oui, en tant que cycliste, vous détesterez les voitures). Bref, vous n’allez jamais faire réellement le nombre de kilomètres indiqués. Autre point, c’est qu’il voit au plus court. Mon conseil serait donc de bien préparer le parcours que vous avez envie de faire via une application comme Bikemap ou Maps.me.

Au lieu de prévoir votre parcours en globalité, prenez le temps de regarder le parcours, les petits chemins et de faire les calculs étape par étape. Avec Bikemap, l’avantage, c’est que vous pouvez déplacer directement le curseur sur la carte. Le site met automatiquement à jour les calculs. Vous voulez longer la mer et l’appli vous fait passer dans les terres ? Prévoyez le détour, vous savez que vous le ferez !

Voyez laaaaarge !

Ajoutez à votre calcul quelques kilomètres en plus pour les détours que vous allez faire. Je vous conseillerais d’ajouter 15% à 20% à votre totalEn réalité, vous allez bien souvent être plus proche du résultat avec la marge supplémentaire. Il suffit que vous vous trompiez de parcours, que vous ayez à chercher un hôtel ou encore que vous alliez au supermarché pour ajouter 10 à 20km à votre journée. Personnellement, j’ajoute 200km en plus par 1000km, pour les plus gros détours et être vraiment large. 

parcours bikemap

Par exemple, sur le parcours Bikemap ci-dessus, on peut voir que nous en avons pour 3200km. Dans mon calcul, j’ajoute une marge de 15% d’erreur, ce qui donne 3700 km environ (j’arrondis toujours). Puis, j’ajoute 200km par 1000km, donc 700km de marge en plus. Ça nous donne un parcours total de 4400km. Oui, oui, je sais, c’est laaaaaarge ! Mais, en fait, jusqu’ici, ça ne l’a jamais été. La réalité du terrain vous rattrape très vite.

Je divise ce total par 60 (60km par jour, même si en temps normal, on en fait plus). Ça nous donne donc 73 jours de vélo. Ajoutez à cela deux jours de pause par semaine. Hop, ça fait un total de 94 jours de voyage. 

« Oui, mais du coup, vu que c’est large, on risque de s’ennuyer, non ? »

Ah, mais enfin ! Comment est-ce possible de s’ennuyer ? Déjà, ça, c’est le parcours minimum. Sur la route, il y a toujours des dizaines de détours à faire. Par exemple, ici, il y a Sarajevo, Lubjana, Florence, Zagreb, on continue ? Si vous arrivez deux semaines en avance, rien ne vous empêche d’en faire plus. Au moins, vous êtes deux fois plus contents du résultat. Et au pire, si vous trouvez un coin sympa et que vous êtes méga en avance, rien ne vous empêche aussi d’en profiter pour prendre quelques jours de repos.

Par ailleurs, je souhaitais préciser un point. Cette manière de calculer est celle qui nous semble la plus juste. Ce qui veut dire que ce n’est pas forcément comme ça que vous devez faire. De notre côté, nous nous sommes beaucoup stressés à tenter de suivre le parcours que nous avions prévu et qui était trop optimiste. Résultat : nous avons dû éliminer de nombreuses parties, ce qui nous a déçu. Alors, désormais, nous préférons voir large et faire davantage plutôt que l’inverse.

Chacun est différent et voyage à son rythme

C’est sûr que si vous êtes un grand sportif, vous tiendrez vite un bon rythme. Nous rencontrons parfois des cyclovoyageurs qui font jusqu’à 160km par jour ! De notre côté, nous aimons flâner et admirer le paysage. On ne se lasse pas de contempler le Danube, même si nous le suivons pendant des centaines de kilomètres. Parfois, nous ressentons même une légère frustration de partir si tôt d’un bel endroit. Nous allons donc plutôt au rythme de 70-80km par jour.

Enfin, 70-80km… Pour être honnêtes, il nous a fallu un bon mois et demi pour que nos 70-80km par jour nous semblent faisables ! Avant cela, nous dépassions rarement la soixantaine de kilomètres. Au tout début, prévoyez donc des petites étapes. Entre 40 et 60km pour commencer, c’est top. Tentez aussi de faire attention au dénivelé. De notre côté, nous avons commencé par le Finistère, nos genoux n’ont pas été ravis.

Détendu sur la route, Autriche

Prévoyez-vous des jours de repos, vos mollets vous remercieront

Eh oui, en voyage à vélo, le repos devient extrêmement important. Il faut prévoir des jours où vous ne ferez pas grand chose. Si vous avez envie de visiter des villes, ajoutez ces journées. Parfois, vous aurez aussi besoin de ne rien faire, tout simplement.

Au départ, nous prévoyions au moins une journée par semaine. Mais au bout de trois mois, il nous arrive d’être fatigués du voyage tout court. Il nous est donc arrivé de ne pas avoir le courage de visiter une ville et de rester dormir… C’est ce qui nous pousse aujourd’hui à prévoir deux jours de repos par semaine. Ils sont vraiment primordiaux.

Si vous voyagez pour moins de trois semaines, vous aurez moins besoin de repos. En voyageant à vélo, on se sent mieux, en pleine forme. Mais à force, la fatigue nous rattrape. Si vous voyagez quelques jours, cela ne pose aucun souci. Vous n’aurez donc pas besoin de vous reposer autant que nous. Ainsi, vous aurez davantage de temps pour profiter du paysage.

Tout dépend de votre entraînement, votre manière de voyager, vos envies, votre fatigue et des événements inattendus qui auront lieu sur votre parcours.

Enfin, restez flexible (un parcours préparé de la sorte vous le permettra)

On vous dit qu’il faut absolument aller voir un endroit qui n’est pas sur votre parcours ? Allez-y ! Vous tombez malade au milieu de votre séjour ? Reposez-vous. Vous vous ennuyez ? Prenez le train, tant pis ! Partez dans l’idée que votre parcours est prévisionnel. Gardez bien en tête que vous pourrez avoir à modifier votre parcours. C’est important, que ça ne devienne pas une source de stress pour vous.

Parcours itinéraire à vélo

Normalement, si vous prévoyez votre parcours de la sorte, il ne devrait pas y avoir de raison pour que vous n’arriviez pas à faire ce que vous avez prévu. Justement, cette manière de prévoir vous permettra d’être flexible et de vous adapter. De faire même plus que prévu, si vous allez plus vite. Et ça, c’est chouette non ?

En tout cas, de notre côté, nous prévoyons désormais de la sorte. Cela nous permet de vraiment atteindre nos objectifs et de ne pas être déçu si nous devons changer l’itinéraire.

Dans tous les cas, tous les jours, vous aurez des surprises. Donc même si vous ne faites pas le parcours souhaité, vous verrez déjà tellement de belles choses ! Des villes, des gens, des campagnes, des champs, la mer, la rivière, la montagne, la plaine… Bref, il y a de quoi faire. Profitez-en et bonne route 🙂

Aussi, si vous avez d’autres astuces, n’hésitez pas à partager avec nous ! 😀 


Vous souhaitez d’autres conseils ou nos retours d’expérience sur le voyage à vélo ? Suivez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *