vélo de voyage

Choisir son vélo de voyage avant le grand départ

Comment trouver le vélo de voyage idéal ? 

Je reçois de nombreuses questions au sujet du vélo de voyage depuis quelques semaines. Quel est le matériel que l’on a choisi pour partir ? Dans quel vélo investir ? Etc. Jusqu’à présent, je me demandais si j’étais vraiment à ma place pour y répondre car je débute dans ce domaine. Néanmoins, vu que je me suis également posée la question pendant des heures, voire des jours entiers, alors je me dis que mes réflexions pourront t’aider. 

Tout d’abord, sache qu’il n’y a pas une réponse unique à cette question. Chaque cyclovoyageur a sa bonne dose de conseils à ce sujet. Il faudra donc que tu prennes ton temps pour pouvoir trouver ta solution adéquate. Le projet que tu as en tête va jouer pas mal là-dessus. Mais surtout, selon moi, le vélo de voyage qui te conviendra sera finalement celui sur lequel tu seras le plus à l’aise.

 

 

Alors, cadre alu ou cadre acier ?

Faut-il prendre un cadre aluminium ou un cadre acier ? C’est l’éternel débat sur le web. Je l’ai vu sur beaucoup de blogs et il m’a donné mal au crâne. Il y a les fervents défenseurs du cadre acier et il y a ceux qui disent que franchement ça ne change pas grand chose.

C’est vrai qu’il te faudra un vélo de voyage robuste. C’est important, surtout si tu pars pour un tour du monde. Mais si tu pars pour une telle épopée, dans tous les cas, mieux vaut mettre le budget. De toutes manières, tu seras gagnant par rapport à n’importe quel autre moyen de transport ! Mais si tu pars pour des plus petits voyages, dans des pays développés, je ne vois pas franchement l’intérêt de mettre tant que ça de budget (à moins que tu aies prévu plusieurs voyages).

L’acier est réputé plus robuste. L’argument phare en faveur de ce choix est que, si tu casses ton cadre, l’acier est plus facilement réparable. J’ai toutefois pris un vélo avec un cadre aluminium pour notre tour d’Europe à vélo. Pour trois raisons : ils sont souvent moins chers, il faut quand même y aller pour casser son cadre et enfin, j’ai lu des retours d’expérience de gens qui ont réussi à faire réparer leurs cadres alu. Retour vérifié en Bulgarie avec un cyclovoyageur que nous avons croisé et qui avait fait réparer son cadre de la sorte.

 

 

Conclusion personnelle donc :

  • Si tu pars pour un voyage en Europe ou dans des pays développés comme l’Amérique du Nord, l’Océanie. Qu’en plus, tu vas suivre une piste cyclable ou des routes à peu près normales, un bon vélo aluminium suffit déjà. Tout simplement ! Pas la peine de casser ta tirelire avec le vélo de voyage le plus fancy de la boutique… On a quand même vu des gens partir avec des vélos qui faisaient peur et atteindre Constanta quand même !

 

  • Si tu pars pour un voyage à vélo un peu plus long, hors circuit et dans des zones accidentées, prévois un bon budget et prend un bon cadre acier. Je crois, de toutes façons, que c’est mieux de privilégier ce que conseillent les grands voyageurs. Ils ont l’expérience et la sagesse des connaisseurs.

 

bicycles-2615671_1280

Prendre le vélo de voyage le plus simple possible !

Sur le papier, les freins hydrauliques, les 150 vitesses, les systèmes inventifs, tout ça, ça a l’air chouette. Mais un jour vient la galère et cette dernière arrivera forcément. Personnellement, j’ai choisi le vélo le plus simple possible, pour pouvoir le réparer en cas de pépin. Par exemple, pour les freins, les systèmes V-brake sont excellents. Et les patins, faciles à changer. Et puis, les freins super puissants, c’est chouette, mais en voyage à vélo, on va rarement super vite dans tous les cas. Alors, ce n’est pas forcément nécessaire.

Pour les vitesses, mieux vaut rester sur les normes universelles : les plateaux 7 – 8 vitesses sont communs désormais (surtout 7 en fait). De même pour les roues, mieux vaut du 26″. Après, tout dépend, comme toujours, de ton objectif. Si tu restes dans des pays où tu peux trouver facilement la pièce de remplacement, en ce cas, fais comme tu le sens. Mais si tu vas dans la pampa, soit tu risques d’attendre longtemps des pièces de rechange, soit il faut rester très simple !

 

Choisir un cadre à sa taille !

Denni va râler parce que je vais t’en parler. Mais, il faut le dire, il a quand même eu l’audace de faire un voyage à vélo avec un biclou de plus de 10 ans, taillé pour un petit bonhomme plutôt qu’un grand gaillard comme lui. Il voulait absolument rendre hommage à la personne qui le lui avait offert, et c’est tout à son honneur. Néanmoins, je pense que ce n’était pas forcément une bonne idée. Enfin, Denni est quelqu’un de très résistant certes. Mais je voyais son dos courbé comme jamais et j’avais mal pour lui à certains moments. 

Ça ne l’a pas empêché d’aller plus vite que moi et de réussir à adapter son vélo. Il avait un bon cadre et le vélo était de bonne qualité. On y a ajouté des pneus un peu plus fins, un bon porte-bagage, un guidon papillon et hop ! Il a quand même réussi à parcourir les 7600 km ! Mais quand même, je pense que l’essentiel est d’avoir un vélo à sa taille, point final. 

vélo de voyage Denni
Oui, le vélo de voyage de Denni est vraiment un poil petit pour lui 😀

Une fourche rigide ou une fourche suspendue que l’on peut bloquer 

Tout le monde nous disait, avant de partir, qu’il fallait prendre une fourche rigide. Encore une fois, je ne serais pas si radicale sur ce choix. Tout dépend de ce que toi et toi seul comptes faire. Si tu es du genre à éviter les grandes routes comme nous, franchement, je t’invite à y réfléchir. 

Comme nous sommes partis avec les deux, voici les quelques avantages que j’ai notés :

Avantages fourche rigide :

  • Plus légère et plus facile sur les routes. On sent que le vélo est plus fluide
  • Il est (souvent) possible d’y installer facilement un porte-bagage et de mettre du poids à l’avant
  • Elle est réputée plus fiable et donc présente moins de risques de casse 

Avantages fourche suspendue : 

  • Évite les douleurs aux poignets lorsque l’on est sur des terrains accidentés. Donc à favoriser si tu prends beaucoup de petits chemins. À plusieurs reprises, j’ai rêvé d’avoir un peu plus de souplesse.

Je ne recommanderais toutefois pas les fourches suspendues si tu as beaucoup de poids. À moins que la tienne soit de très bonne qualité et qu’elle te permette de mettre des sacoches avant. Sinon, tu seras obligé de mettre tout ton poids à l’arrière comme Denni. Bilan : Il a cassé deux fois sa roue arrière à cause de ses 28 kg de bagages. 

 

 

Quelques améliorations à apporter à ton vélo avant de partir :

  • Le guidon papillon est plutôt efficace et permet de changer de position plusieurs fois par jour. C’est plutôt agréable. 
  • Sur tes roues, des Schwalbe Marathon plus. Aussi qualitatifs que le veut la légende. Je n’ai pas crevé une seule fois, Denni si, mais faut lire l’histoire pour comprendre !
  • Une très bonne selle te changera la vie : vise la selle Brooks ou la selle SMP TRK Gel pour les longues distances. 
  • Une bonne béquille qui pourra supporter le poids de ton vélo

 

vélo sécurité rétroviseur -eurovélo 6

 

Mon choix de vélo de voyage 

De mon côté, j’ai acheté le Stevens Jazz Lite chez Hobby Cycles Brest. Une marque allemande très fiable. Le vélo avait tout ce que je lui demandais : une simplicité d’équipement, mises à part ses roues 28″. Il a porté sans aucun problème ses 23kg de bagages pendant tout notre tour d’Europe à vélo. Je n’ai pas eu un seul souci, sauf sa béquille qui a cassé à la fin du tour. 

J’en ai eu pour 700€ neuf. Avec ses améliorations (porte-bagage avant, guidon papillon, nouveaux pneus), on atteignait environ 800€. Un petit prix pour 7 mois de confort. Je repars avec sans souci l’été prochain (après une petite révision car il faut que je me débarrasse de ce gnic gnic dont je te parlais dans mon article sur l’Albanie). 

 

Autriche, petit village


Ces autres articles t’intéresseront sûrement : 


Rejoins-nous !

5 commentaires sur “Choisir son vélo de voyage avant le grand départ”

  1. Tout est vraiment simple dans la vie!!
    Bein non!

    Le vélo couché pose quelques fois d’autres problèmes. Il est adapté à certains, pas forcément à tous.
    Un vélo dit droit, bien réglé ne pose pas forcément de problèmes. Pourquoi vouloir résoudre des problèmes qui ne se posent pas?
    Par contre, quelqu’un qui a des problèmes de dos (j’en connais) peut trouver dans le vélo couché une bonne solution. La personne que je connais aurait du arrêter le vélo et elle a pu continuer grâce au vélo couché.
    Quand on voit le prix d’un vélo couché, heureusement qu’on a pas tous besoin d’un vélo couché pour se faire plaisir!

  2. Je suis admiratif pour cet article (et d’autres).
    Tu es assez novice sur le sujet et pourtant tout ce que tu dis est plein de bon sens et juste. C’est très utile pour d’autres nouveaux.
    J’ai un peu d’expérience et j’insisterai sur 2 points que tu as abordés:
    1) la bonne taille de cadre
    C’est effectivement très important. Mais il ne faut pas oublier la suite: les bons réglages des pièces mobiles ou « changeables » sur un cadre donné (selle, potence, guidon). De petites différences de quelques mm peuvent avoir un énorme impact.
    Certains voudraient faire croire qu’en prenant vos mensurations précises et un programme informatique, ils pourront régler parfaitement votre vélo. Ca n’est qu’en partie vrai. C’est un bon point de départ. Mais il faut absolument apprendre à écouter son corps et surtout, faire des essais de petites variations de hauteur de selle, d’avancement de la selle sur le charriot, de réglage de la hauteur de la potence quand elle est réglable. On finit par trouver la bonne position mais elle est toujours un peu différente de celle qu’on a en sortant du magasin.
    2) le guidon (ou cintre)
    La plupart des gens pensent que le guidon de course est pour les coureurs. Erreur! Un cintre course peut être très adapté au cyclotourisme car il permet de varier les positions. Le cintre papillon aussi. Mais il a d’autres inconvénients. Donc ne pas éliminer d’emblée le cintre recourbé vers le bas en pensant que vous ne cherchez pas la vitesse mais le confort.

    Autre point: de nombreux vélos type vélo de randonnée, par ailleurs tout à fait adaptés, ont un cintre dit « plat ». Fuyez! Il faut le changer.
    Ma femme a eu des tendinites chroniques à cause de cela. Quand je l’ai forcée à changer de cintre, en en prenant un qui a les mains avec un minimum de 15° (mais 20 ou 30 c’est encore mieux), ses douleurs sont parties instantanément. L’explication est très simple: tendez les bras devant vous, poings fermés avec un crayon dans chaque main. Observez l’angle que forment les 2 crayons. Vous comprendrez qu’en serrant les poignées d’un guidon « plat », vos muscles et tendons des bras seront en tension permanente car ils ne seront jamais en position « neutre ».
    Alors, essayez de changez le cintre au moment d’acheter un vélo neuf. C’est le meiux et le moins cher (on peut négocier). Car cela influe sur tous les autres réglages voire le choix de la taille du cadre.
    Le cintre papillon c’est pas mal, mais je leur reproche le fait que la position standard la plus fréquente (celle qui permet de freiner) est souvent proche de 90° avec l’axe du vélo, ce qui n’est pas bon. Donc, effectivement, on peut changer les mains de place. Mais si on prend un cintre avec le bon angle et de bonnes poignées, on n’a pas forcément besoin d’un guidon multi-positions.

    Voilà mes contributions.

    PS: je n’ai que des vélos en acier mais le débat auquel tu fais allusion acier/alu est totalement surfait. Non pas qu’il n’y ait pas de différences, mais il y a tant d’autres paramètres que le réduire à dire qu’un cadre acier est mieux qu’un cadre alu, c’est absurde.
    Ceci dit, j’ai dans mon entourage proche connu 2 cadres fendus et les 2 étaient en alu. Aucun n’était un vélo bas de gamme à 3 balles. Statistiquement, les cadres alu posent plus de problèmes, c’est certain (mon frère métallurgiste spécialiste de ce matériau a été contacté par une grande parque de distribution de vélo qui fait fabriquer ses cadres et ils voulaient être formés pour mieux contrôler la qualité car ils avaient des problèmes sur ce plan; l’alu est très sensible au respect des températures au moment de la fabrication des tubes et c’est là que ça pêche avec des cadres qui sont pour 90% de la production mondiale fabriqués en Asie). Donc je ne dis pas qu’un cadre alu n’est pas solide. Je dis qu’avec un cadre alu, on a plus de risque de tomber sur un cadre qui casse. Ca n’est pas tout à fait la même chose. Quand on part autour du monde, ça compte. Pour un voyage de quelques jours près de chez soi, moins.

    1. Wow ! Merci beaucoup pour toutes ces précisions complètes et bien développées. C’est chouette !
      Je pense que j’aborderai les éléments point par point à l’avenir. Enfin, que je demanderai à des professionnels d’intervenir je crois, car en réalité, la technique n’est pas ma grosse tasse de thé pour le moment. Je préfère parler de voyage et des parcours que l’on a effectué 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *