Albanie à vélo - entrée dans le pays

L’Albanie à vélo : bienvenue dans le pays le plus chaleureux de notre tour d’Europe

L’Albanie est un pays où l’accueil des touristes est d’une importance capitale !

Si nous ne sommes restés que quelques jours en Albanie, pendant notre voyage à vélonous sommes déjà conquis. Nous savons également que nous reviendrons le plus tôt possible pour visiter le sud du pays. Les albanais nous ont offert, dès notre arrivée dans le pays, un accueil des plus remarquables.

Alors que nous avions fait quelques kilomètres dans le pays, les enfants dans les champs commençaient déjà à crier « hello, hello ». Nombreux d’entre eux se sont mis à courir derrière nous pour s’assurer que nous les remarquions, trop heureux de dire bonjour à des cyclotouristes. Un vrai bonheur.

Route Elbasan - Albanie

 

Pourtant, vous allez très vite vous en rendre compte, il nous est arrivé pas mal de petites galères en Albanie. Mais quasiment à chaque fois, grâce aux gens, elles se sont transformées en magnifiques rencontres.

 

 

Nous sommes partis du lac d’Ohrid avec l’objectif de rejoindre la mer au plus vite !

Quelques kilomètres après avoir passé la frontière de l’Albanie, il m’est arrivé quelque chose de très spécial : un véritable choc culturel. En effet, nous sommes passés d’une Macédoine européanisée et orthodoxe (en tout cas, du côté d’Ohrid), à une Albanie très pauvre et musulmane. Chose gênante pour moi, en terrasse des cafés et restaurants, il n’y avait que des hommes. J’étais mal à l’aise avec mon T-shirt rose fluo et mon petit short de cycliste. Je ne collais clairement pas au paysage. L’angoisse est vite montée. Puis est redescendue. Les albanais.es étaient vraiment adorables.

Nous avions très hâte de revoir la mer. Et si nous commencions enfin à descendre après toutes ces montagnes macédoniennes, nous n’étions pas au bout de nos surprises. En effet, la descente jusqu’à la mer n’est pas de tout repos et est régulièrement coupée par de petites montées. Ce n’est pas grave, nous nous sommes arrêtés plus tôt que prévu sur notre parcours. À Elbasan pour être précis. Une petite ville avec beaucoup d’histoire, fondée par les romains. Au centre, il y a une forteresse et de vieilles rues pavées (vraiment à l’ancienne), qui valent le détour si vous passez par là.

Elbasan - Albanie

 

À Elbasan, nous avons aussi dormi dans une superbe auberge de jeunesse : Elbasan Backpacker Hostel. Elle était très particulière : un peu simplette, toute petite (un seul et unique dortoir de 8 personnes), authentique et familiale. L’aubergiste nous a apporté des verres de lait frais et directement de ses biquettes. Le petit déjeuner est fort, tout est fait maison, même le beurre. Un peu étrange pour nous qui ne sommes pas habitués, mais vraiment à tester ! Malheureusement, le lait, je n’ai pas réussi 🙁

En route pour la plage et la petite déception !

Pour pouvoir camper sur la plage, nous avons fait pas mal de repérages via Google Maps. Les satellites laissaient apparaître deux plages sauvages dans un parc naturel aux alentours d’une bourgade nommée Domen. Parfait, c’est parti ! Fait étonnant : sur la route, alors que nous nous sommes arrêtés pour prendre un café, la table voisine nous a offert les boissons, sans rien nous dire. Définitivement, l’Albanie est riche en surprises.

Après 80 km à vélo, nous nous sommes retrouvés, en bas d’une route en graviers, à l’entrée d’un port en construction. Interdiction d’y entrer. C’était la seule plage accessible que nous avions repérée. Nous avons dû remonter pendant une bonne heure, en poussant nos vélos très fort. Un véritable enfer.

 

Albanie - Domen

 

Il semblait bien qu’il y avait une plage derrière des formations rocheuses un peu bizarre, mais la route semblait difficile à vélo. Nous avons donc opté pour le demi-tour direction le camping Pa Emer. Ce dernier nous a proposé un super tarif d’après-saison : 16 € la nuit. En Albanie, en septembre, pour un emplacement… On a fait demi-tour et on a posé la tente sur la plage.

Bon alors, que les choses soient claires. Si tu sais qu’un orage est prévu dans la nuit, poser ta tente sur la plage c’est peut-être une idée un peu bête. Oui, on a peut-être eu un peu trop de principes avec le camping pour ce coup-là. Parce que nos piquets n’ont pas tenu une seconde dans le sable ! Du coup, le vent s’est engouffré sous la tente. Cette dernière faisait des va-et-vient plutôt inquiétants. Le tout couronné de flashes de lumière bien denses et d’un vacarme trop proche. Il a tellement plu cette nuit-là que l’on n’a même pas tenté d’aller remettre les choses en ordre. On a juste espéré que la tente resterait étanche. 

 

Plage - Albanie

 

Durrës ou la station balnéaire par excellence

Après avoir fait beau puis plu puis fait beau, puis à nouveau plu, nous avons décidé de nous prendre une chambre chez l’habitant à Durrës. En cette période de fin d’été, nous avons connu un petit creux de fatigue. On se reposait alors tous les trois jours environ. 

Si nous pensions ne faire que 20 km, ils se sont vite transformés en galère. Afin d’éviter la route principale, nous avons suivi Maps.me, comme à notre habitude. Ce dernier nous a envoyé dans un chemin de terre boueux suite aux intempéries nocturnes. Ça l’était à tel point que les roues de mon vélo se sont bloquées. Depuis ce jour d’ailleurs, mon vélo grince ! Puis, la route pour arriver à Durrës s’est aussi avérée assez pénible. Il y avait beaucoup de trafic et on longeait un haut mur, en parallèle avec la voie rapide. Tout ça sur 8 km !

 

Durrës

Mise à part notre guesthouse qui valait carrément le coup (meilleure guesthouse du tour, pour 12 € la nuit, nous avions un petit appartement), la station balnéaire ce n’est pas trop notre truc. De longues plages bordées par les hôtels et restaurants et remplies de transats, je dirais que ça ne vaut pas le coup de s’arrêter. Sauf pour bronzer un peu !

 

Un accueil des plus chaleureux (et surprenant) !

S’il est parfois possible de sortir des grandes routes, la majorité du temps, nous nous sommes retrouvés sur des routes principales. Quelques moments de stress qui nous ont empêché de profiter pleinement du paysage. L’Eurovélo 8 passera normalement par Tirana. S’il nous a été fortement déconseillé de passer par cette ville, peut-être qu’il est finalement plus pertinent d’essayer de passer par là ! Pour sortir de Durrës, nous n’avons pas eu le choix : il nous a fallu prendre l’autoroute.

 

Albanie - nord du pays

 

Malheureusement, ce jour-là, nous n’avons pas vu grand chose d’intéressant. Nous nous sommes dirigés vers la station balnéaire de Schëngjun qui nous semblait assez sauvage via satellite. Il s’agissait plutôt d’un haut lieu touristique, complètement fermé en cette fin de saison. Tous les campings étaient fermés, mais les plages étaient plutôt (trop) fréquentées pour y faire du camping sauvage.

Alors que nous ne savions plus trop que faire, nous avons croisé un Autocamp, camping destiné aux campings cars. Le lieu était en train de fermer également, mais les patrons s’affairaient encore au nettoyage du lieu. Nous leur avons donc demandé s’il était possible de poser la tente chez eux. Ils nous ont tout de suite dit ok ! Et d’ailleurs, puisque le lieu ferme, ce sera gratuit !

 

Coucher de soleil - Albanie

 

Puis, ils nous ont offert une bière, puis des fruits, puis, ils nous ont finalement laissé les clefs de leur caravane pour qu’on y passe la nuit. Eux avaient d’autres plans et dormaient de toutes façons ailleurs. Quelle surprise ! Puis nous avons pu admirer un magnifique coucher de soleil avant d’aller dormir au calme. Ils sont venus nous chercher le lendemain matin pour nous offrir le petit déjeuner !

 

Shkodër ou Shkodra : une jolie cité, un lac magnifique et un petit havre de paix du vélo !

 

Pour finir ce tour en Albanie, nous avons pris la direction de Shkodra, tout au nord. Un léger détour dans les terres par rapport à notre parcours, mais j’avais lu partout que c’était magnifique ! Nous avons en grande partie suivi une superbe route, facile à parcourir à vélo. Et nous y avons, encore une fois, fait de superbes rencontres. Comme ce vieux monsieur, qui tout heureux d’échanger quelques mots d’italien avec nous, était triste de nous voir partir. Il nous aurait bien invité à déjeuner !

 

Shkodra, Albanie

Nous sommes donc allés visiter rapidement la petite ville. De nombreuses mosquées, un vieux centre-ville et une jolie forteresse en ruine ! C’était vraiment la ville qui valait le détour. Et puis, fait hyper étonnant pour le pays : la ville était très « bike friendly » ! Toute plate, il y en avait partout, partout, partout. Nous aurions aussi aimé rejoindre le Monténégro via le lac en prenant un bateau. Il n’y en avait malheureusement pas, à cause de la frontière sans doute. Mais, notre petite escapade au bord du lac nous a ravis !

 

Albanie - tour à vélo

Nous avons hâte de retourner en Albanie. Nous espérons que le pays gardera son côté authentique, même avec l’explosion de complexes touristiques ! Et vous, l’Albanie, ça vous tente? 


Ces articles vous intéresseront sûrement :

 

2 commentaires sur “L’Albanie à vélo : bienvenue dans le pays le plus chaleureux de notre tour d’Europe”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *