Canal du Midi à vélo

Pourquoi nous avons dû abandonner le Canal du Midi ?

Le Canal du Midi à vélo, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît

En fait, c’est une situation complexe que vivent les départements concernés par le Canal du Midi. Depuis qu’il a été classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1996 (preuve tout de même de la beauté de l’ouvrage), il y a eu quelques mésaventures.

Tout d’abord, la maladie. Les platanes ont été contaminés par le chancre coloré. Un champignon incurable qui se loge au coeur du platane et qui le tue à petits feux. Il a donc fallu tout raser. D’ailleurs, si nous avons bien compris, certains arbres étaient encore voués à l’abattage lorsque nous y sommes passés. 

 

Canal du Midi
Ici, les platanes ont été enlevés et de nouveaux arbres ont été plantés !

 

Evidemment, cela a entraîné des conséquences. Il y avait longtemps que des travaux d’aménagement devaient avoir lieu pour améliorer le parcours cyclable. Mais les coûts engendrés par la maladie et l’abattage des arbres ont entrainé le report de ces derniers.

Il faut savoir qu’être classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco ne permet pas de faire tout et n’importe quoi. Les coûts du revêtement qui permettrait de réaliser une belle piste cyclable sont très élevés. En réalité, ils doivent répondre à un cahier des charges très strict. Il ne faut donc pas y voir de la mauvaise volonté. Au contraire !

En attendant, avec les travaux, le passage des bulldozers, ce printemps pluvieux et, en ce qui nous concerne, un vent de face à plus de 70 km/h, nous avons dû abandonner notre aventure sur le Canal du Midi. On vous explique !

Pourquoi parcourir le Canal du Midi à vélo ? 

 

Si c’est une destination connue et reconnue, ce n’est pas pour rien ! Les paysages sont magnifiques, et, parfois, le canal se trouve en hauteur avec de belles vues sur la vallée. Il est, en temps normal, assez facile à suivre. 

Nous avons été surpris par la beauté des villes et villages que nous avons rencontrés sur notre parcours. Entre Toulouse, Carcassonne, Béziers, nous avons été gâtés. 

Les 9 écluses à Béziers est un endroit qui nous a particulièrement plu. Avant de nous y rendre, nous avons traversé un magnifique pont canal avec une belle vue sur la cathédrale Saint-Nazaire. 

 

9 écluses - Canal du Midi

 

Il y a de nombreux stops à effectuer sur le Canal du Midi et de merveilleuses découvertes à faire. Dans tous les cas, nous comptons bien revenir pour pouvoir le parcourir en totalité. Tout simplement parce qu’il est magnifique et que c’est un super parcours. Nous n’avons pas eu de chance, à cause du mauvais temps, mais on espère bien que notre prochain essai sera plus fructueux !

Au départ de Sète, direction Toulouse !

 

Sète - départ du Canal du Midi

 

Nous avons pris le Canal du Midi dans le mauvais sens. Enfin, c’est ce que les habitants de la région nous ont dit lorsqu’ils nous ont vu partir avec nos vélos chargés à bloc. En effet, le vent est souvent Sud – Sud-Ouest. Pour nous, il était clairement Sud-Ouest.

Au départ de Sète, où nous avons logé chez un adorable hôte Warmshowers, nous avons déjà eu de nombreuses difficultés à avancer. Même si l’aménagement est très agréable, le vent nous empêchait déjà de rouler. Il faut dire qu’il était particulièrement fort.

 

Canal du Midi - Sète

 

Nous avons suivi une piste longeant la plage et la mer. Un parcours que l’on a trouvé facile. Attention toutefois, c’est limité à 10 km/h. Une vitesse plutôt difficile à maintenir sur une piste plate et lisse comme celle-ci. Pour le coup, je crois que cette limitation concerne vraiment la période de l’été. C’est compréhensible car elle doit être très fréquentée à ce moment particulier de l’année.

 

 

Un Canal du Midi magnifique, mais des conditions météo particulièrement inadaptées lors de notre passage…

 

Nous avons pris la route direction Béziers. Nous n’avions pas prévu une grosse étape, mais elle s’est avérée tumultueuse. Notre objectif : atteindre la ville à 14 h. Nous n’y sommes arrivés qu’à 16 h 30, épuisés. Pour faire simple, la voie était assez chaotique pour nos gros vélos bien chargés. Et ce vent… Pleine face et puissant. Nous n’arrivions pas à monter au-delà des 10 km/h.

Canal du Midi
Un petit exemple de l’état du chemin cette semaine là !

 

En fait, les habitants de la région avec qui nous avons échangé nous ont affirmé que c’était inhabituel. Il y a toujours du vent dans les environs, c’est clair. Mais des rafales aussi fortes, c’est occasionnel. Cela ne doit pas vous décourager de vous rendre sur le Canal. Il n’empêche que les cyclovoyageurs que nous croisions sur notre chemin avaient l’air bien plus en forme que nous car, dans l’autre sens, ils étaient portés par le vent.

Le souci avec le vent, c’est qu’il est difficile à gérer. Si les montées s’achèvent à un moment donné, le vent lui ne s’arrête jamais. On pédale donc en redoublant d’efforts, sans pour autant voir le bout. J’ai trouvé le vent encore plus violent que sur l’île de Pag, dont on vous parlait récemment. Et pourtant, Pag nous laisse déjà le souvenir d’une étape difficile !

 

Cathédrale Saint-Nazaire - Béziers
Cathédrale Saint-Nazaire

 

Béziers a été une véritable belle surprise pour nous. La ville est très jolie, notamment son centre-ville. Il n’y avait pas beaucoup de touristes, pourtant le détour valait le coup. On vous conseille donc d’y faire un stop si vous êtes sur le Canal ! Au coucher du soleil, depuis la Cathédrale Saint-Nazaire, la vue est très jolie. 

 

Béziers - Canal du Midi

 

Un Canal qui a malheureusement subi des travaux 

 

 

Nous tenons à signaler, et c’est important, que notre objectif n’est pas de vous déconseiller d’aller sur le Canal du Midi à vélo. Si nous évoquons cette expérience, c’est bien parce que c’est un parcours qui est très connu. En effet, ce n’est pas pour rien que l’ouvrage est classé. Il est magnifique et il mérite tout à fait son prestige. Les faits de cette année 2018 ne seront pas les faits de l’année 2019.

 

Béziers - Canal du Midi

 

Toutefois, cette année, le parcours est malheureusement dans un mauvais état. Il y a effectivement des éléments naturels comme les racines des arbres qui cassent un peu le rythme. Mais finalement, ce sont elles qui nous ont le moins dérangés.

Il y a aussi des trous, causés par les travaux, qui créent de grosses flaques boueuses. Le printemps a été très pluvieux, ce qui n’a pas arrangé les choses. Nous avons dû descendre à plusieurs reprises de nos vélos pour pouvoir les passer sans perdre de trop l’équilibre. 

 

Lorsque le plaisir n’est plus là, il vaut mieux revenir plus tard !

 

Après notre départ de la ville de Béziers, nous avons continué à suivre le parcours. Nous évoluions entre le Canal et la route parallèle. Les 50 km à parcourir étaient pénibles car le vent était toujours fort. Il nous a fallu près de 4 h 30 de vélo pour atteindre notre objectif. Avec les pauses, le parcours nous a pris toute la journée.

 

Canal du Midi - village

 

C’est vrai que nous n’avons pas eu de chance. Nous avions rendez-vous à Toulouse pour prendre un bus et nous rendre au mariage de deux amies quelques jours plus tard. Ce parcours, qui aurait dû être largement faisable en temps normal, s’est transformé en une belle épreuve physique. La conséquence : nous n’avions plus le temps de nous arrêter pour visiter les villes sur notre parcours. Or, elles avaient l’air très belles ! Nous n’avions même pas le temps d’observer, le nez dans le guidon.

 

 

Le lendemain, à notre réveil dans le petit village de Sainte-Valère, il pleuvait. Et le vent frappait toujours aussi fort. Nous avions pour objectif de nous rendre à Carcassonne. Face aux conditions, nous savions que nous n’aurions pas le temps de voir la ville comme il se doit. Une ville que je rêvais de voir depuis si longtemps !

Nous avons donc pris le train à Lézignan-Corbières. Et nous nous sommes retrouvés dans l’Auberge de Jeunesse de Carcassonne. Un endroit super bike friendly, notamment grâce à Michelle, amoureuse du vélo et du voyage.

 

Une jolie pause à Carcassonne !

 

Le soleil est revenu dans la journée. Cela nous a donné l’occasion d’aller faire un petit tour en ville. Puis, de rencontrer Mathylde, du blog Mordue de Voyages. Une chouette rencontre qui a égayé notre journée. Et avec tous les bons plans qu’elle nous a donnés sur Carcassonne et la région, je vous conseille vivement d’aller faire un tour sur son blog 😉

Carcassonne - Canal du Midi

 

Carcassonne a beaucoup à offrir. La cité est vraiment un endroit magique. Mais il ne faut pas s’arrêter là. Autour, il y a aussi une jolie ville où il fait bon se perdre et jeter un coup d’oeil. 

 

©Mordue de Voyages

Nous avons également eu la chance d’observer l’oeuvre de Varini sur les remparts. Elle ne laisse pas indifférente, mais toujours est-il qu’elle est temporaire ! Nous, nous l’avons trouvée géniale. 

 

Carcassonne - Varini

 

Lorsque nous nous sommes levés pour reprendre la route le lendemain matin, les escaliers même de l’auberge de Carcassonne ont été difficiles à gravir. Puis, nous nous sentions vraiment bien dans cette auberge.

Nous nous sommes donc décidés : rester une nuit de plus et prendre à nouveau le train pour Toulouse. Nous n’avons donc pas vu la dernière partie du canal. Pour autant, elle semble être la plus facile à parcourir. En effet, en Haute-Garonne, le parcours est réalisé et bitumé. Une raison de plus pour revenir 😉 

 

Carcassonne

Nos conseils pour parcourir le canal du midi à vélo en toute simplicité 

 

Canal du Midi à vélo

  • Prévoyez du temps. Nous sommes sportifs et habitués à rouler. Pour autant, avec ce vent de face, nous n’arrivions pas à parcourir autant de kilomètres qu’à notre habitude. Dans ce cas, des étapes courtes sont de mises afin de pouvoir en profiter au maximum. Le mieux, si vous le pouvez, c’est de ne rien réserver et d’écouter votre corps. Ainsi, vous ne vous mettez pas une pression inutile. 

 

  • Allégez votre équipement dans la mesure du possible. Si vous êtes partis seulement pour le Canal du Midi, prévoyez le minimum. Plus vous serez légers, plus le Canal sera agréable. 

 

  • Entretenez vos vélos quotidiennement : le sol était cabossé, les secousses risquent d’affaiblir vos vélos. C’est pour cette raison qu’il est préférable de vérifier vos vélos tous les jours. 

 

  • Ne gonflez pas trop les pneus et si vous pouvez, partez en VTT : certes, le VTT est moins roulant que le vélo de randonnée, mais il sera certainement plus adapté sur certaines sections du Canal. Le fait d’avoir une fourche télescopique vous aidera. 

 

  • Et même si ce conseil ne vaut pas tout le temps, privilégiez le sens Toulouse – Sète. A priori, vous aurez moins de risque de prendre le vent de face.

 

Où dormir sur le Canal du Midi ? 

  • À Béziers : exceptionnellement, nous avons pris un logement Airbnb. Nous étions en plein centre-ville et notre hôtesse était adorable. Nous recommandons donc ! Vous pouvez d’ailleurs bénéficier de 25 € de réduction sur votre première réservation en suivant ce lien

 

  • À Sainte-Valère (un peu à l’écart du canal), dans un hébergement hors du commun, Lo Gal, un espace de coworking, bar, alimentation de secours. De même, vous pouvez recevoir 15 € en effectuant une première réservation sur Booking si vous le souhaitez.

 


Ces articles vont aussi vous intéresser ! 

2 commentaires sur “Pourquoi nous avons dû abandonner le Canal du Midi ?”

  1. Hello 🙂

    Quand je vois la photo du chemin en mauvais état je me dis que vous avez bien fait de ne pas rouler entre Trebes et Carcassonne, cette année c’est pire!! Même avec mon VTT, sans les bagages comme vous et sachant que c’est un parcours que je fais souvent: je trouve ça horrible cette année :s

    À très bientôt et faites signe quand vous reviendrez 😉

    1. C’est clair que les conditions météo n’ont pas aidées !! J’espère que ça va sécher vite et que le parcours redeviendra un peu normal très prochainement. La destination étant prisée, c’est un peu dommage :/

      On fera signe, avec grand plaisir ! Dans tous les cas, dans les prochains mois, années, on reviendra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *