Le magnifique golfe de Chiriqui au nord ouest du Panama a de belles surprises à offrir !

Les photos nous avaient fait saliver avant d’y aller. Mais nous craignions de ne pas arriver à visiter les îles du Golfe de Chiriqui, faute de moyens. En effet, à notre connaissance, la moindre excursion pour les îles coûtait 75$ minimum par personne. De quoi nous refroidir.

Nous avons donc décidé d‘aller voir sur place directement. L’auberge de jeunesse La Libertad a fini par nous convaincre de nous rendre à Pedregal, à quelques kilomètres de David. Les prix étaient vraiment peu élevés. Nous en avons eu pour 14€ la nuit la chambre double ! De plus, le lieu avait de bonnes critiques. Il n’y avait plus qu’à !

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=eB06qat5-bc[/embedyt]

Pedregal, un petit port excentré

À Pedregal, nous nous retrouvons dans un petit village, un peu excentré, à 7 km de David. Ici, nous sommes véritablement en immersion dans la vie locale. L’auberge de jeunesse est bien seule au milieu des habitations et des baraques de pêcheurs. Ça tombe bien, c’est tout à fait ce que l’on recherche !

Si nous sommes allés à Pedregal, c’est avec l’espoir de pouvoir aller sur l’Isla Parida, dans le golfe de Chiriqui, sans trop casser notre tirelire. Nous n’avons finalement pas tenté l’expérience car une autre opportunité s’est offerte à nous. En effet, à peine arrivés, les deux autres clients de l’auberge nous ont proposé de nous joindre à eux pour un tour dans les canaux naturels à la rencontre des singes, des dauphins et des oiseaux.

port de pêche pedregal

 

En route pour une journée merveilleuse

Nous partons donc le lendemain matin avec Victor et sa fille Manuela, ainsi que les deux autres canadiens. Sur une petite barque toute mignonne et d’une simplicité déconcertante (c’est bon, on ne s’affichera pas GROS TOURISTES), nous longeons les forêts de mangroves. La journée promet d’être belle ! Heureusement et contrairement aux bateaux traditionnels de pêcheurs, Victor a eu la bonne idée d’installer une protection au-dessus de nos têtes.

Première constatation en partant du port : nous sommes seuls. Pas de touristes et seulement quelques pêcheurs. C’est la nature toute entière qui s’offre à nous. Il n’y a aucun bruit humain à part celui du moteur du bateau. Nous circulons sur des canaux naturels mixés d’eau douce des rivières et d’eau de mer.

Rivière Pedregal - Golfe de Chiriqui

Nous sommes sur le bateau depuis une quinzaine de minutes et déjà, Victorio s’arrête pour nous montrer des singes dans les arbres. Les deux singes capucins, perchés dans les arbres, sont en train de jouer. Peu discrets, les branches bougent de partout. De temps à autre, une petite tête apparaît. Nous sommes déjà sous le charme ! Ces loustics nous font bien rire.

singes araignées - Golfe de Chiriqui

On s’enfonce au milieu des mangroves !

Le Golfe de Chiriqui est peuplé d’îles désertes. Mais dans la zone spécifique de Pedregal, on se demande vite si les îles ne sont pas, en fait, uniquement constituées de mangroves et de leurs racines. Victor nous fait passer dans un petit canal naturel au milieu des arbres, avec pour seuls bruits, les chants des oiseaux tropicaux. Partout autour de nous, nous admirons les impressionnantes racines.

Mangroves - Golfe de ChiriquiMangroves - Golfe de Chiriqui

 

racines mangroves - Golfe de Chiriqui

 

Les autres îles des environs ont été formées par des volcans. Les îles sont d’ailleurs souvent en forme circulaire, tout autour de nous. Nous les parcourons par le biais des cratères. L’une des îles de cette partie du Golfe de Chiriqui a d’ailleurs une spécificité étonnante. En effet, on dirait bien que ses pierres ont été posées une à une par l’homme. Ce sont, en fait, des jets de lave qui l’ont formée de la sorte. Impressionnant !

 

L’Isla De Muerto : une île en partie privée !

Isla de Muertos - Chiriqui

Notre balade continue vers l’Isla De Muertos qui se trouve dans une baie, un peu à l’extérieur des canaux. En faisant le tour de l’île, nous avons l’impression d’arriver chez notre ami, Robinson. Mais, ce sera finalement sur les terres d’un couple de français, venu recommencer une nouvelle vie ici, que nous arriverons. Ils sont d’ailleurs en plein travaux pour ouvrir le lieu au public, si j’ai bien tout compris.

En tout cas, l’aménagement qu’ils sont en train de mettre en oeuvre est magnifique. Un sacré chantier d’ailleurs ! De notre côté, nous sommes là pour observer les grenouilles. Mais, elles sont plus difficiles à voir lors de la saison sèche, alors, nous n’en verrons pas. Ceci dit, nous avons pu observer la végétation, la vue sur la mer et surtout, les singes hurleurs. J’ai d’ailleurs réussi à prendre une maman singe et son bébé. Un sacré moment, plein d’émotions !

Singe hurleur
Bon, la qualité de la photo n’est pas au top, c’était loin !

Je n’ai pas envie de décourager les arachnophobes, mais je me suis dit qu’un avertissement ne serait pas si mauvais. Voilà, on a aussi vu de sacrés bêtes là-bas ! Je n’ai pas l’impression qu’elles étaient dangereuses, mais elles étaient plutôt grosses. Et pour un petit frisson de plus, je vous le dis : à ce qu’il paraît, la nuit, les alligators viendraient aussi faire quelques petites virées dans le coin ! Brrrrr !

 

En tout cas, c’est un endroit que je vous recommande de visiter lorsqu’il sera ouvert. C’est vraiment chouette et le couple qui vit sur place travaille dur pour rester en harmonie avec la nature. Vous pouvez suivre leur aventure sur Facebook !

Une balade avec les dauphins

Après la visite de l’île, c’est l’heure du rendez-vous tant attendu par Denni. Lui, qui s’appelle Delfino (dauphin en italien), n’a alors jamais vu de dauphins à l’état sauvage. Autant vous dire que lorsque l’un d’entre eux a pointé le bout de son nez, son âme d’enfant émerveillé s’est réveillée ! Même la petite Manuela, pourtant habituée, est toute heureuse de les voir. Il faut dire qu’ils se sont faits attendre… Il est bien 14 h déjà !

Dauphins - Golfe de Chiriqui

Pour nous faire patienter, notre guide et sa fille nous montre les oiseaux du Golfe de Chiriqui. Je n’ai pas retenu tous les noms, mais il y a là des cormorans, des pélicans, des mouettes (mais d’une autre espèce qu’en Europe), etc. Finalement, nous retrouvons à nouveau les dauphins un peu plus tard, lors de notre trajet pour une autre île presque déserte ! Comme pour combler la journée de merveilles, cette fois, nous sommes en compagnie d’une maman dauphin et de son bébé.

Dauphins - Golfe de Chiriqui

Pélicans - golfe de Chiriqui

mouettes - golfe de chiriqui

Un chouette moment sur une île (quasi) déserte

Après tant d’émotions, nous nous dirigeons vers une petite île. Sur place, un minuscule hameau de trois maisons en bois. Elles ressemblent aux cabanes que j’imagine sur une île à la Robinson. C’est plutôt génial! Ici, nous sommes toujours entre la mer et la rivière. On voit les vagues, un peu plus au loin. Nous nous dirigeons alors vers l’océan, en suivant la plage. Le lieu est magique, désert. L’eau de mer est presque plus chaude que l’air extérieur.

île Golfe de Chiriqui

Passionné par les petites bestioles, Denni fait quelques vidéos rigolotes des crabes et autres crustacés présents dans le coin. Pendant ce temps, je me baigne pendant au moins une heure ! La température de l’eau est véritablement idéale.

Nous ne rentrons finalement qu’à 18h30 à l’hostel. Sur la route du retour, nous avons encore vu des pélicans foncer dans l’eau pour attraper du poisson, des singes et plein d’oiseaux. Cette journée restera gravée en mémoire à jamais je crois !

île Golfe de Chiriqui


Infos pratiques :

Hostal la Libertad : franchement, je recommande à 800%  ! Ce n’est pas le grand luxe, mais les lits sont confortables, il y a de l’eau chaude (ce qui n’est pas le cas partout au Panama), ce n’est pas cher et en plus, si vous voulez, il y a un super bon petit déjeuner. J’aime aussi pas mal les auberges de jeunesse plutôt calmes, ce qui est le cas ici !

Guide : Servicios Turísticos Maribel Victoria – comptez 180 $ en tout la journée. Donc, à diviser selon le nombre de participants. Pour le service rendu, ça vaut complètement le coup, je trouve. Le guide ne parle qu’espagnol, mais fait en sorte de se faire comprendre ! Aussi, il organise plein de tours différents dans le Golfe de Chiriqui !

– Pour dîner, si vous résidez à l’hostal, il y a un super restaurant à gauche, vers David (demandez au patron). Il est vraiment pas cher, très bon. La patronne nous a même ramenés en voiture jusqu’à l’auberge pour être sûre que l’on rentre bien !

Des bus de David viennent régulièrement jusqu’à Pedregal. Mais, ils ne partent pas de la gare routière, mais plutôt du centre ville de David. Comptez 5$ en taxi sinon !


Ces articles vous intéresseront sûrement :

[wpdevart_like_box profile_id=”entreprendrelemonde” connections=”show” width=”300″ height=”150″ header=”small” cover_photo=”show” locale=”en_US”]

You Might Also Like

Comments ( 3 )

Enter Your Comments Here..

Rejoignez notre aventure sur les réseaux sociaux !

Restez informé.e sur le voyage à vélo !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Envie d'échanger autour du voyage à vélo ?

Nous sommes + de 2000 à partager sur Facebook !

© Un Monde à Vélo 2018 . Tous droits réservés.