les îles san blas Panama

Les îles San Blas au Panama : bienvenue au paradis

Si le paradis existe, il doit certainement ressembler aux îles San Blas !

Au Panama existe un territoire un peu particulier : le territoire de Guna Yala. C’est là que se trouvent les fameuses îles San Blas. L’archipel en compte 370 environ, dont 60 sont habitées. D’ailleurs, s’il y a UNE visite à faire au Panama, c’est bien les îles San Blas. Au coeur de la communauté Kuna, on vogue d’île en île, à la rencontre de ces micro villages ou de ces îles désertes. Entre plages de sable blanc, petites îles de quelques kilomètres (voire mètres) carrés, une eau transparente, le lieu a un air de conte de Robinson Crusoe.

Avec Denni, nous avons beaucoup hésité à nous rendre aux îles San Blas. De peur d’être déçu.e.s, que l’on nous ait sur-vendu l’endroit ou que ce soit trop fréquenté par les touristes. Il a fallu attendre notre avant-dernier jour au Panama pour que nous nous décidions. Et pour le coup, nous n’avons pas été déçu.e.s, loin de là!

 

Une entrée sur le territoire très limitée 

 

En réalité, les kunas (les habitants des îles San Blas) protègent leurs îles. Cette communauté indienne s’est réfugiée sur ces îles suite, probablement, à des conflits. Depuis, elle a perpétué ses traditions et conservé son habitat traditionnel, rudimentaire, mais respectueux de l’environnement. À force de détermination, les kunas ont obtenu une forte autonomie vis-à-vis du gouvernement panaméen. Aujourd’hui, entrer en territoire kuna ressemble au passage d’une frontière dans un nouveau pays. Il faut d’ailleurs s’acquitter d’une taxe d’entrée de 20$ par personne et présenter son passeport !

 

habitat îles san blas

Le nombre de véhicules ayant accès au territoire est limité. C’est la raison pour laquelle ce n’est pas conseillé d’y aller de manière autonome. Même nous, qui ne sommes pas très “tours organisés”, nous avons fini par l’admettre : c’est le meilleur moyen ! Néanmoins, grâce à ces limitations d’accès, on peut vite trouver un petit coin d’île au calme, loin des autres touristes. Lors de notre visite, les plages n’étaient pas bondées. On peut donc en profiter tranquillement.

Des îles paradisiaques tout droit sorties de nos fantasmes !

 

Des endroits à la Robinson Crusoe, il y en a un peu partout au Panama. Comme par exemple, sur la plage à Santa-Clara ou sur les îles désertes dans le Golfe de Chiriqui. Mais je vote quand même pour les îles San Blas, qui me ramènent vraiment à l’image que j’ai toujours eue des îles (presque) désertes.

De notre côté, nous avions opté pour la journée d’excursion. Partis à 5h30 le matin de Panama City, nous sommes arrivés à Carti à 8h30. De là, nous avons embarqué avec notre guide pour la journée. Première surprise (n’oubliez pas nos peurs de l’attraction touristique blindée), nous sommes sur de petits bateaux, éparpillés en tous petits groupes de 4 à 8 personnes.

Pero Grande San Blas

 

Nous commençons notre visite par l’île Pero Grande. Une île superbe pour faire un peu de plongée (cf. notre vidéo). On y trouve notamment un bateau échoué depuis longtemps, où de nombreux poissons tropicaux de toutes les couleurs se réfugient. Je vous conseille de prendre votre masque et votre tuba pour la visite. Sinon, il est possible de louer du matériel de plongée pour 5$ directement sur l’île. Mais celui que nous avons eu était en mauvais état, même après l’avoir échangé, alors je vous recommande quand même d’avoir votre matériel.

Le guide nous a laissé deux heures pour profiter pleinement de la plage. Nous avons fait le tour de l’île en 5 min chrono, c’était vraiment drôle ! Sur place, il y avait un restaurant, des toilettes, un mini-camping et une baraque en bois en construction. Vraiment, un monde à part…

 

 

Tous les tours organisés incluent le repas

 

Et c’est tant mieux, car j’imagine que l’on aurait eu quelques difficultés à se préparer à manger sur place. Si vous y allez pour plusieurs jours, tous vos repas seront inclus. Petit-déjeuner, déjeuner, dîner. Pour une journée d’excursion, le repas du midi sera inclus. Tout le monde mange ensemble, sur de grandes tablées. La nourriture traditionnelle kuna est assez similaire à la nourriture panaméenne. Salade, riz, patacones (accompagnement typique fait à partir de bananes frites) et un morceau de poisson ou de poulet. En tant que végétarienne, j’ai opté pour une formule sans poisson ni poulet. Les kunas se sont adaptés sans souci.

 

îles san blas

 

C’est au moment du repas que nous avons pu observer les femmes kunas. En effet, si les hommes sont habillés comme nous, en short et en t-shirt, les femmes elles, sont toujours en tenue traditionnelle. On peut dire d’ailleurs, que leurs tenues sont colorées ! Elles se parent de bracelets de perles fait main tout autour des jambes, remontant souvent jusqu’aux genoux. Elles en mettent également autour de leurs bras, jusqu’au coude. Il paraît qu’il leur faut une journée entière pour les changer. Elles le font tous les mois. Elles portent également un fichu rouge sur la tête, un haut coloré avec des motifs, et une jupe – paréo accrochée à la taille souvent bleue ou noire avec des motifs colorés.

femme kuna

D’autres îles San Blas et la piscine naturelle !

Le tour sur une journée se poursuit par la visite de la piscine naturelle. En fait, il s’agit d’une ancienne île qui a été recouverte par la mer. On se trouve alors au milieu de l’eau, mais sur un banc de sable qui atteint à peine 50 cm de profondeur. L’endroit idéal pour les étoiles de mer !

 

îles san blas
L’île la plus petite du monde !

 

étoile de mer, las san blas
Note : car j’ai vu des photos qui m’ont énervée sur d’autres articles de blog : il ne faut PAS toucher ou pire, sortir une étoile de mer de l’eau. Parce que ça les tue. Merci pour elles.

 

On profite pleinement de l’endroit peu profond avant de prendre la direction d’une autre île. Sur cette dernière, on peut acheter des produits fabriqués par les kunas. Cette visite au paradis nous ramène à une réalité glaçante : les habitations sont parfois presque les pieds dans l’eau. On sent que les familles qui y habitent tentent, tant bien que mal, de les protéger. Le réchauffement climatique menace fortement l’archipel des îles San Blas.

Les kunas ont eu si peu d’impact sur cette terre jusqu’à aujourd’hui… notamment en préservant une culture et une tradition ancestrale, en harmonie avec la nature. Ils construisent, encore aujourd’hui, des habitats qui feraient frémir d’envie l’écologiste. Ils limitent l’accès des touristes sur leurs îles, pour les préserver… Pourtant, les voici, aujourd’hui, directement menacés par un événement si indépendant d’eux. Finalement, le tourisme pourrait peut-être les aider à trouver les moyens financiers pour préserver leurs coutumes !?

 

îles san blas

 

Une visite à faire sur plusieurs jours !

Le seul regret que nous ayons concernant cette visite, c’est de l’avoir faite sur une journée. Tout d’abord. La visite d’un jour coûte minimum 110$ alors que celle de deux jours est à partir de 145$. En comptant, les repas, c’est tout aussi avantageux. Ensuite et surtout, parce que cette courte visite ne nous a pas laissé le temps d’échanger avec les kunas. J’aurais aimé en savoir plus et leur poser tellement de questions ! 

 

îles san blas
Enfin, Denni a eu le temps de prendre un coup de soleil 😉


Un excellent moyen pour passer en Colombie ou pour venir au Panama depuis la Colombie !

Vous ne le savez peut-être pas, mais la frontière entre la Colombie et le Panama est fermée. D’ailleurs, il n’y a même pas de route. Au Panama, la dernière route se termine à 100 km de la frontière colombienne, laissant place à la forêt dense, une barrière naturelle.

Du coup, pour passer en Colombie, vous avez deux solutions : l’avion (pas drôle et pas écolo) ou le bateau. Quitte à aller en Colombie, autant prendre son temps et visiter les San Blas en passant. Il existe des excursions de 5 jours, 4 nuits, vous permettant de visiter plusieurs îles. En tout cas, c’est comme ça que l’on aurait fait si nous avions passé la frontière !

Alors, prêt.e à embarquer ? 


Ces articles sur le Panama vous intéresseront aussi ! 

4 commentaires sur “Les îles San Blas au Panama : bienvenue au paradis”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *